Loader

La cathédrale de Séville

« Faisons une église pour que ceux qui la voient nous prennent pour fous »

Les gens ont traduit ce que les chanoines de Séville en 1401 avaient décidé. Ils donnaient naissance, sans le savoir, à cette merveille que nous voyons aujourd’hui et dont l’histoire est surprenante. La cathédrale de Séville a été construite à partir de 1402, sur l’ancienne mosquée majeure, dont seul le minaret modifié (la Giralda) et la cour des ablutions (Naranjos) sont préservés. Pour 1987, l’UNESCO l’a déclaré Patrimoine de l’Humanité.

Au cours des sept siècles de cette cathédrale, le Cabildo métropolitain a toujours été présent,  en faisant perdurer  les traditionnelles célébrations  des festivités du Corpus et de l’Immaculée, en plus d’assister à la dévotion à la Vierge des Rois.

Au cours de sa construction, elle a traversé plusieurs étapes ou phases qui, une par une, apportent de précieuses contributions à l’ensemble de cette impressionnante cathédrale.

En dimensions, c’est le troisième plus grand temple chrétien du monde, après les cathédrales de Saint-Pierre à Rome et Saint-Paul à Londres. En outre, la cathédrale de Séville est la plus grande cathédrale gothique du monde. Un fait qui s’ajoute à la multitude de raisons pour lesquelles il est nécessaire de la visiter, pour le plaisir d’un large public.

Séville, et son centre historique est, sans aucun doute, le meilleur choix pour vos vacances, car vous pouvez profiterez simultanément des ses loisirs et de sa culture en vous laissant porter et guider à travers les rues de la ville  pour comprendre l’art et l’idiosyncrasie de cette belle andalouse.

La Plaza de España

Place de forme ovale d’environ 200 mètres de diamètre, sur la place d’Espagne à Séville, nous pouvons trouver la symbolique d’un grand « enlacement « . Avec une construction magnifique, une tour impressionnante au bout de chaque bras et au centre de la place, nous trouvons une fontaine spectaculaire. Représentative de l’architecture régionale, elle est composée de brique apparente avec  des applications de céramique polychrome.

La forme semi-circulaire symbolise le lien fort entre l’Espagne et ses anciennes colonies et, regarde vers le fleuve Guadalquivir comme le chemin à suivre vers l’Amérique. Sa décoration est basée principalement sur des briques apparentes, du marbre et de la céramique donnant une touche de la Renaissance et de baroque à ses tours. La place est bordée par un canal traversé par 4 ponts qui représentent les 4 royaumes anciens d’Espagne. Les murs du gigantesque bâtiment principal affichent un ensemble de bancs et d’ornements en mosaïque qui font référence aux 48 provinces espagnoles avec des cartes des provinces, des mosaïques sur des événements historiques, des blasons de chaque ville et , sur les côtés , des colonnes  avec des niches dans lesquelles il y avait des livres sur la littérature, l’histoire et l’art de chacune d’entre elles.

 La Plaza de España à Séville a été le projet le plus emblématique de l’Exposition ibéro-américaine de 1929. La construction a débuté en 1914, ce qui a entraîné le projet le plus ambitieux et coûteux de l’Exposition, avec mille hommes travaillant là-bas en même temps.

La Real Maestranza de Séville

La Plaza de Toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla est le lieu des corridas qui se déroulent dans la ville de Séville pendant la Feria d’Avril. Elle a une importance particulière pour les fans de la tauromachie. C’est l’une des attractions touristiques les plus populaires de la ville et figure parmi les monuments les plus visités de la ville.

Elle a été construite entre 1761 et 1881 sa façade baroque est peinte d’un blanc brillant et d’un ocre d’or . Les gradins hauts sont couverts par un toit qui est soutenu par des arcs et des colonnes en marbre, donnant un caractère unique à ce monument.

La Porte Est du bâtiment dite « «  Puerta del Príncipe », est la porte par laquelle seuls les toreros  ayant triomphé dans l’arène  sont autorisés à la quitter.

La Maestranza contient un musée taurin qui détaille l’histoire de la tauromachie à Séville . Parmi ses collections de costumes, peintures, portraits et affiches, il y a en particulier un manteau violet peint par Picasso. À côté du musée on trouve le siège de la Real Maestranza de Caballería  réalisé par Aníbal González en 1929. C’est le propriétaire de la place. Cette corporation de la noblesse tient ses origines de l’époque de la Reconquête et qui a été réorganisée au  XVII°siècle .

La Plaza de Toros de la Maestranza à Séville est considérée, avec Las Ventas de Madrid, comme l’une des plus importantes en Espagne. Elle peut accueillir plus de 12 500 spectateurs.

La Giralda

L’un des monuments les plus caractéristiques de la ville de Séville est la Giralda, l’une des plus grandes au monde et un véritable bijou.

Il s’agit de l’ancien minaret de la mosquée almohade datant du 12ème siècle sur lequel la cathédrale actuelle de Séville sera construite plus tard. La partie inférieure a été construite à l’origine par les musulmans, et sa construction a commencé en 1184 sur disposition du sultan du Maroc Abu Yaqub Yusuf. Les fondations sont construites avec des pierres provenant d’anciennes constructions romaines et encore aujourd’hui on peut les voir au niveau du sol.

Elle fut la tour la plus haute du monde et l’une des plus belles du monde islamique. Avec la conquête de la ville par le roi chrétien Ferdinand III de Castille, la mosquée est devenue une cathédrale, partiellement détruite par un fort tremblement de terre en 1356. En 1433, la mosquée a été démolie et la cathédrale a été inaugurée en l’an 1507, où La Giralda est toujours utilisée comme clocher.

Entre 1558 et 1568, un nouveau clocher de la Renaissance a été construit, orné par une imposante girouette de bronze, qui culmine à 97,5 m. La Giralda doit son nom précisément aux mouvements rotatifs de la girouette.

Basilique de la Macarena

De style néo-baroque, coloriste, la construction de la basilique débute en 1941 et s’achève 8 ans plus tard, en 1949, pour devenir le siège de la Confrérie de Nuestro Padre Jesús de la Sentencia et de María Santísima de la Esperanza Macarena. En 2009, est également inauguré le musée de la basilique, où le visiteur peut effectuer un parcours au cœur de la Semaine Sainte de Séville au travers d’éléments processionnels et liturgiques qui ont été réunis par la Confrérie.

Également nommée Basilique mineure de María Santísima de la Esperanza Macarena Coronada, elle se situe rue Bécquer, en plein quartier de la Macarena.

Le Quartier de Santa Cruz

Le quartier de Santa Cruz est sans doute l’un des plus populaires et fréquentés de Séville, en raison de ses rues étroites typiques, ses maisons majestueuses, ses patios fleuris, le murmure de ses fontaines, l’arôme de la fleur d’oranger, … et tout le charme et les légendes qui l’entourent.

Il est originaire de l’ancienne Judería sevillane, lorsque, lors de la conquête du roi Ferdinand III, la ville a concentré là-bas la communauté juive la plus importante d’Espagne. Après l’expulsion des juifs en 1483, le quartier a décliné et c’est au dix-neuvième siècle que la décision a été prise de le réurbaniser pour être ce qu’il est aujourd’hui.

Le quartier est formé par des rues et des ruelles étroites, destinées à créer des courants d’air frais pour résister à la chaleur en été. Ces rues étroites mènent à des places, comme la célèbre Plaza de los Venerables dont le nom provient de l’ancien hôpital pour les Vénérables Prêtres. Une des autres places les plus importantes du quartier, est celle qui donne le nom au quartier: la Plaza de Santa Cruz. Au centre de cette place , il y a une croix datant du 17ème siècle . Cependant, ce ne sont pas les seuls endroits dans le quartier, il y en a beaucoup et chacun a son charme, comme Plaza de las Cruces, Plaza de Doña Elvira, Plaza de los Refinadores et Plaza de la Alianza, entre d’autres.

Cela mérite de s’attarder et se laisser aller à une promenade  en toute tranquillité, et se perdre dans ses rues et ses places, et de profiter de chaque coin, d’ombre,d’ arôme, …